portfolio
Webtv

EXCLUSIF : DÉCOUVREZ EN INTÉGRALITÉ LA VIDÉO DE MARTINE DERAIN, PRÉSENTÉE EN CE MOMENT AU MUCEM DANS LE CADRE DU TEMPS FORT MAROC

Pour autant qu'un musée…

 

La belle hospitalité marocaine ! Là-bas depuis 20 ans bientôt, et puis aujourd'hui chez moi, à Marseille ! C'est une proposition tissée de mes derniers travaux – le récit de mes expériences de création comme forme même – et des conditions de cette paradoxale invitation que je montre là.

Mouvement 1 / Marseille

Pour être narrateur, il faut bien commencer par se raconter, raconter son expérience… Il y eut celle de Belsunce, dans les pas des travailleurs venus d'Algérie, de Tunisie et du Maroc et qui y habitent toujours. De cette création, restent une installation pérenne dans un foyer Sonacotra imaginée avec Dalila Mahdjoub, et des images trouvées : une image rare du Ministère du Travail installé au pied du Fort Saint-Jean au sortir de la Seconde guerre, juste en-dessous de l'actuel Mucem, un baraquement disparu de la mémoire collective par où sont passés pourtant les milliers de travailleurs venus d'Afrique – et un fonds de photographies sauvé de la destruction : des milliers de portraits réalisés à la chambre par le photographe du quartier, photographies mises en scène par les travailleurs eux-mêmes pour donner des nouvelles à leur famille restée au pays…

Mouvement 2 / Casablanca

Prendre au sérieux la contrainte de rencontre publique, filmée et enregistrée à Casablanca (contrainte ne veut pas dire privation de liberté !). En faire un enjeu formel de l'histoire même que je vais raconter… Dans mes bagages, ces images-là, comme des fils laissés libres pour que s'y accroche l'imagination d'autrui : comment seront-elles vues à Casablanca ? Vers où ceux qui les verront vont-ils m'emmener ?

Mouvement 3 / Marseille

Dans le tout nouveau Musée des civilisations d'Europe et de la Méditerranée, d'où le joli mot de populaire a disparu – mais sa disparition serait-elle rendue possible par la faillite des peuples dont parle Agamben ? – le montage de ces deux premiers mouvements serait comme faire place, peut-être, à une communauté sans conditions d'appartenance, et à la possibilité d'une histoire à voix multiples.

> super 16, 40 minutes

 
Martine Derain
17 juillet 2014
blog comments powered by Disqus