portfolio
Webtv
Jacques Majorelle, Le voile bleu, 1931-1935, mine de plomb et encre de Chine sur papier photo

Jacques Majorelle, Le voile bleu, 1931-1935, mine de plomb et encre de Chine sur papier photo

Variations sur une collection


Grand mécène de l’art, Société Générale réinterprète son vaste fonds d’oeuvres. Explications de Mohamed Rachdi, responsable Mécénat culturel et commissaire de l’exposition « Une collection, quatre regards ».


Propos recueillis par Syham Weigant


Quelles sont les nouveautés de cet accrochage ? 


Il s’agit de redéployer une partie de la collection, qui a déjà été plusieurs fois montrée avec « Un Maroc de lumière », puis récemment avec « pARTager ». L’espace est totalement reconfiguré pour accueillir cette nouvelle exposition dans un parcours architectural dessiné en étroite collaboration avec l’architecte Anne-Sophie Micallef. Ensuite, par-delà le récit chronologique, le but est de donner à un public élargi la possibilité d’apprécier les quatre regards qui structurent la production artistique au Maroc : l’orientaliste, le singulier, le moderne et le contemporain. Cette exposition n’est gouvernée ni par le souci d’exhaustivité ni par le respect du fil historique. La sélection des oeuvres est décidée en fonction de considérations tant spatiales que thématiques et à des fins 


La visée pédagogique est-elle réellement la mission d’une fondation bancaire ?


Contribuer au développement de la connaissance du fait artistique a toujours été mon souci premier depuis mon arrivée à Société Générale en 2008. Par conséquent, agir au niveau de la pédagogie, de la recherche et du débat savant s’impose. Pour réaliser un parcours pédagogique, il a fallu mettre au point une articulation thématique claire, faite de grands thèmes et de sous-thèmes bien distincts, et élaborer la mise en espace des oeuvres et des textes selon une visibilité et une lisibilité aussi évidentes et aisées que possible, sans oublier tout le soin nécessaire à apporter à la production du catalogue. Contrairement aux galeries d’art et aux hôtels de vente fondés avant tout sur le commerce, la mission des fondations d’entreprise animées par le mécénat est justement d’intervenir au niveau de la culture, afin d’aider au développement artistique et culturel du pays sans se soucier ni de la vente ni de la valeur marchande des oeuvres. Ce n’est qu’ainsi qu’elles peuvent vraiment servir l’intérêt général.


« Une collection, quatre regards » Actuellement à l’Espace d’Art – Siège Société Générale, Casablanca.


Vous pouvez lire la suite de cet article dans le Diptyk magazine numéro #28







 




May 28, 2015
blog comments powered by Disqus