portfolio
Webtv
 Jacques Majorelle, Femmes et Enfants au bord du Fleuve, Abidjan, 1952, Artcurial

Jacques Majorelle, Femmes et Enfants au bord du Fleuve, Abidjan, 1952, Artcurial

Jacques Majorelle l’indécidable

Tandis que le Musée Yves Saint Laurent expose « Le Maroc de Jacques Majorelle », la maison Artcurial prépare la 4e édition de « Majorelle et ses contemporains » dans le cadre de la vente Paris#Marrakech du 30 décembre. Deux événements qui coïncident avec le centenaire de l’arrivée au Maroc de ce peintre qui occupe une place à part parmi les orientalistes, peut-être parce qu’il n’en est pas un.

 

Cent ans. Cent ans, presque jour pour jour, que Jacques Majorelle a débarqué au Maroc, ce nouveau monde qui, plein de fantasmes, cristallise les songeries de nombreux artistes européens, obsédés par l’Autre et l’Ailleurs, majuscules.

Le 20 septembre 1917, alors qu’il met pied à terre à Tanger, le peintre a trente et un ans et des désirs à revendre. La guerre tonne, les obus tombent. En Russie, blancs et rouges s’entretuent. En France, le rouge coule, partout. Un monde se défait, se détruit. L’exotisme n’est pas une simple frivolité de bazar, mais une nécessité. Il faut partir, quitter la barbarie et soigner une santé fragile qui réclame le soleil et la chaleur. Depuis ses trois séjours égyptiens, effectués entre 1910 et 1913, le jeune peintre sait que les tropiques ne sont jamais tristes s’ils sont vécus.

Aussi, lorsqu’il traverse la Méditerranée en 1917, le jeune Majorelle ne vient pas en explorateur oiseux mais en découvreur affûté, bien décidé à infiltrer une civilisation, à en percer les arcanes merveilleux. Muni de solides recommandations, de précieux sésames, et d’un pedigree substantiel – son père Louis est un ébéniste que s’arrachent les musées et les collectionneurs –, le peintre rejoint vite les cercles officiels et les contre-allées du pouvoir détenu par le Maréchal Lyautey. Pour peu que l’on soit diligent et intelligent, la voie semble libre à qui souhaite « vivre intensément dans l’éternelle poursuite d’un rêve jamais atteint ». Tout un programme.

 

Une métonymie de l’Orient

 

L’histoire, ensuite, est connue. Celle d’un artiste doué qui, réchauffant sa palette au soleil et contre l’ocre de Marrakech, élabore un vocabulaire inouï et livre des toiles par centaines, ainsi ces enfants certains de tenir la juste re-présentation du monde, loin des perspectives orthodoxes et des couleurs faciles. Depuis sa villa Bou Saf Saf, qui jouit bientôt d’une extension cubiste signée Paul Sinoir, le peintre parcourt les rues et les sables, les casbahs et les marchés. Envoûté par la profusion et la volupté, les parfums, les visions et les étoffes, Jacques Majorelle crée une synesthésie féérique où les sens s’entremêlent dans des images inouïes.

De la vallée du Souss à la Guinée, de Casablanca à Marrakech, de la luxuriance à l’austérité, rien n’échappe à ce scrutateur infini, dont le Carnet de route d’un peintre dans l’Atlas et l’Anti-Atlas, publié en 1922, atteste les préoccupations sociales. Multipliant les expositions comme les voyages, sollicité pour décorer l’Hôtel de ville de Casablanca, attentif aux arts indigènes, Majorelle devient le peintre du Maroc et sa peinture la métonymie de l’Orient. Sa mort, en 1962, intervient six ans après la disparition du protectorat et au moment des accords d’Évian. Comme un signe. Avec lui s’éteignent une époque et une soif – de vivre, et de peindre […]

 

Colin Lemoine

 

Exposition « Le Maroc de Jacques Majorelle », Musée Yves Saint Laurent, Marrakech, jusqu’au 6 février 2018.

Vente « Paris#Marrakech, Majorelle et ses contemporains & African Spirit », en duplex chez Artcurial et au Palace Es Saadi, le 30 décembre 2017.

 

L'exposition est à retrouver intégralement dans le numéro 41 de Diptyk, bientôt en kiosque

Jacques Majorelle l’indécidable

Jacques Majorelle, Les Allamates, Marrakech, Artcurial

Jacques Majorelle l’indécidable

Jacques Majorelle, Kasbah de Tasgah, 1940-1941, Artcurial

tags

    19 décembre 2017
    blog comments powered by Disqus

    tags

      S'abonner