portfolio
Webtv

Carlos Urroz : « ARCO est une foire découvreuse »

Le directeur d’ARCO évoque la particularité de ce salon international d’art contemporain qui réunit chaque année à Madrid plus de 160 galeries venant d’une trentaine de pays. Il nous parle aussi de la scène marocaine qu’il est venu rencontrer au printemps dernier.

« Quelle est l’identité d’ARCO, par rapport à d’autresfoires comme Fiac, Frieze ou Art Basel ?

ARCO a toujours été une foire « découvreuse ». Nous travaillonsen lien étroit avec les curateurs afin de découvrir le meilleur de la scène émergente. Nos recherches balayent diverses zones géographiques en fonction des pays invités, ce qui attire les collectionneurs intéressés, les curateurs et les directeurs de musée. Depuis les années 1990, ARCO accueille plus de 150 professionnels invités qui rencontrent les galeries et organisent des sessions de travail entre eux.

Cette année vous avez choisi un thème, « The Future », plutôt qu’un pays invité : est-ce qu’une foire doit aujourd’hui être curatée comme une exposition ?

ARCO, bien avant les autres foires, a toujours inventé de nouveaux formats, comme le fait  un pays ou d’inviter les jeunes galeries, ou encore le dialogue entre deux artistes, qui a été un succès lors des précédentes éditions. Nous pensons qu’explorer de nouveaux territoires, pas seulement géographiques, fait partie de notre mission. Chus Martinez, qui est un brillant curateur, a suggéré l’idée de futur et nous avons pensé que c’était un thème qui parlerait aux artistes, a fortiori intéressant pour ARCO. Cela ne veut pas dire qu’à l’avenir nous n’aurons plus de pays invité, peut-être pourrons-nous alterner les deux modèles. […] »

Article à retrouver intégralement dans Diptyk Magazine n°42

Carlos Urroz : « ARCO est une foire découvreuse »

-

tags

    19 février 2018
    blog comments powered by Disqus

    tags

      S'abonner