portfolio
Webtv
Brebis au salon de coiffure Crayon et encre de chine sur papier 100x75 cm

Brebis au salon de coiffure Crayon et encre de chine sur papier 100x75 cm

Dessine-moi une brebis

« Amine El Gotaibi est un berger qui scrute les états d’âme de son troupeau dans « Perspectives de brebis », projet que l’artiste a réalisé en résidence à Al Maqam (Tahannaout – Marrakech) et qu’il présente ce samedi 21 avril.

 

Voir le monde depuis le point de vue d’une brebis, tel est le propos du nouveau projet d’Amine El Gotaibi. « Perspectives de brebis » est une déclinaison d’épreuves, sur des chantiers parallèles, autour de cet animal. Il y a, en premier lieu, une série d’études sur des brebis dans différentes positions, encadrées par des fuseaux de lignes de perspective qui font l’effet de cages et fonds géométriques derrière les corps des animaux. Ces études, pour l’instant en noir et blanc, sont dessinées au crayon et à l’encre. L’esthétique sobre et froide renvoie immédiatement à des planches d’architecte, à des croquis de designer, à des projections informatiques inévitablement futuristes. Dans une autre série d’études, l’artiste revisite les dégradés d’une silhouette de brebis, à l’aide d’un tampon qui permet de créer des groupes d’animaux, configuration esthétiquement plus chaude que les dessins, qui adoptera très probablement des couleurs, et qui s’inscrit curieusement dans un registre large des iconographies rupestres, préhistoriques.

Pourquoi une brebis ? Il y a une raison de langage évidente, une critique de l’aliénation sociale et de l’obéissance qui annule notre dimension politique individuelle. Mais bien avant de choisir ce motif, Amine dessinait, et ce depuis son enfance, les animaux de la ferme de sa grand-mère. Et en effet, il y a encore un aspect très ludique dans ces planches anatomiques qui découpent l’espace et projettent un volume tridimensionnel à cet incontournable symbole de l’innocence, notamment dans les iconographies chrétiennes. D’autre part, la brebis est un animal omniprésent au Maroc, et le rapport à la laine est suffisamment intime à tous pour qu’il renvoie facilement à une dimension du commun, de la religion nationale. Enfin, la brebis est un animal doux et pacifique, ce qui ajoute très subtilement une dimension encore plus provocante à la démarche. 

Ces portraits témoins de nos silences nous interpellent depuis une animalité proche, familière. Pour peu que l’on se lâche, on se sentirait invité à réfléchir sur notre domestication collective avec une nouvelle sensibilité, moins construite, plus intuitive et animale, préhistorique. Dessine-moi une brebis, raconte-nous qui nous sommes, avec nos fables morales, nos déguisements sociaux, nos vulnérabilités et nos limites. Montre-moi que je ne suis pas un loup, que nous ne sommes pas encore des meutes de loups. »

 

Juan Palao

Dessine-moi une brebis

Amine El Gotaibi habillé par Karim Tassi et photographié par Laila Hida.

Dessine-moi une brebis

Brebis égarée Crayon et encre de chine sur papier 50x65 cm

tags

    17 avril 2018
    blog comments powered by Disqus

    tags

      S'abonner