portfolio
Webtv
© Portrait Amadou Diaw

© Portrait Amadou Diaw

Amadou Diaw: «L’Afrique aide а aller vers l’Autre»

Fondateur du Musée de la photographie de Saint-Louis (MuPho), Amadou Diaw est un homme d’affaires utopiste et engagé. Il initiait l’an dernier le forum de Saint-Louis sur les enjeux du continent africain. La 2e édition, qui se tient à Essaouira les 2, 3 et 4 novembre, réunit des intervenants du monde culturel, économique et universitaire, pour passer à l’action. 

 

L’idée du forum de Saint-Louis est d'« exposer toute la créativité africaine », déclariez-vous récemment. Comment définiriez-vous cette créativité ?
Le Forum célèbre particulièrement les innovateurs, c’est-à-dire tous les adeptes de la pensée divergente, ceux qui se montrent capables de penser et d’agir en dehors des schémas préétablis, et donc d’apporter des solutions ou des manières de voir innovantes. La créativité en Afrique est encore naturelle parce que répondant d’abord à des besoins de survie. Les acteurs majeurs en sont les jeunes et les femmes. Il s’agit d’une Afrique qui crée, d’une Afrique qui ose. Il émerge aujourd’hui au sein de cette jeunesse de nouvelles formes d’expression et d’action, de nouvelles aspirations et espérances, il est important de veiller à ce que ces dernières soient connues de tous. 

 

La deuxième édition se tient а Essaouira. Pourquoi avoir choisi le Maroc ? 

Je ne reviendrai pas sur les relations culturelles et cultuelles entre le Sénégal et le Maroc. Au moment où la relation entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne fait l’objet de débats multiples, il est de notre devoir, nous Sénégalais, et Saint-Louisiens en particulier, de jouer notre partition. Le modèle d’intégration entre nos deux pays date de la fin du 19e siècle. C’est une réussite trop peu citée en exemple. Essaouira est une ville carrefour, une ville métisse. Essaouira jouait, des siècles durant, le rôle de port de commerce international de premier plan reliant le Maroc et l’Afrique subsaharienne à l’Europe et au reste du monde. La ville offre également l’exemple d’un centre multiconfessionnel (musulmans, chrétiens et juifs) et multiculturel, comme en fait preuve la coexistence, dès sa conception, de diverses ethnies comme les Amazighs, les Arabes, les Africains ou les Européens. Indissociable de la médina, l’archipel de Mogador comprend un grand nombre de biens culturels et de sites naturels d’une valeur universelle exceptionnelle. 

Le thème cette année est « Mieux habiter le monde ». En quoi l ‘Afrique peut-elle contribuer а repenser notre monde ? 

Au contact de l’Afrique, les sociétés dites modernes ne peuvent qu’enregistrer une fécondité, un enrichissement mutuel. L’Afrique aide à réapprendre, à aller vers l’Autre. Nos sociétés gagneraient à réexaminer les rituels de salutations, le fonctionnement des classes initiatiques africaines, tant d’écoles de la vie que l’on déstructure malheureusement de plus en plus. L’Afrique est le continent- maître de l’intelligence émotionnelle. Et le Monde que nous vivons ne peut évoluer sans une forte dose d’intelligence émotionnelle.

 

 

Propos recueillis par

Emmanuelle Outtier

 


tags

    28 octobre 2018
    blog comments powered by Disqus

    tags

      S'abonner